mercredi, mars 09, 2016

LA FORET DE L'ENCHANTEMENT - UNE AVENTURE MUSICALE DISNEY A DISNEYLAND PARIS : Entretien avec le Metteur en Scène Christophe Leclercq

Comment vous est venue l’idée de La Forêt de l’Enchantement : Une aventure musicale Disney ?
En fait, à l’époque du spectacle Chantons La Reine des Neiges, nous nous sommes rendus à Chaparral Theater et en regardant autour de nous, nous avons pris conscience que nous nous trouvions au cœur d’une forêt. Dans le même temps, notre spectacle était destiné à être joué durant la saison « Swing into Spring », et cette idée de swing nous plaisait beaucoup Nous sommes donc partis sur l’idée de swinguer au milieu d’une forêt. Au départ, nous avons même eu l’idée d’un concert avec un orchestre live, puis nous avons ajouté l’apparition de Personnages Disney qui viendraient ponctuer cette aventure musicale.  

Comment s’est opéré le choix de ces Personnages Disney ?
Même si notre spectacle est un hymne à la nature, nous n’avons pas cherché à transmettre un message. Nous avons simplement cherché parmi les Personnages Disney ceux qui incarnaient un rapport particulier à la forêt, sous toutes ses formes. Pocahontas nous a tout d’abord paru une évidence. Elle fait découvrir à John la vie de la forêt et des animaux et le lien qui existe entre tous les êtres. Et quand la nature nous prodigue ses bienfaits, on pense tout naturellement au Livre de la Jungle. De la même façon, cette nature fournit un abri et un lieu de vie privilégié à Tarzan, qui la choisit plutôt que de retourner vivre parmi les hommes. Nous avons également voulu mettre en scène une Princesse Disney. C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers Raiponce. Quand elle sort pour la première fois de sa tour, elle découvre de toutes nouvelles sensations liées à la nature : poser son pied dans l’herbe, respirer l’air frais, virevolter au milieu des arbres et des feuilles. De la même manière, Merida est une princesse « nature », qui aime parcourir les forêts d’Ecosse pour s’entraîner au tir à l’arc. Au départ, nous avions songé à Blanche-Neige, mais sa vision de la nature est très effrayante quand elle fuit le chasseur. De plus, le monde du swing lui était un peu trop éloigné. 

 La Forêt de l’Enchantement : Une aventure musicale Disney est un spectacle particulièrement original.
Nous avons pris le parti de ne pas faire un spectacle avec danseurs, mais de rassembler des chanteurs et des acrobates, ce qui crée une approche artistique totalement différente. Dans la mesure où il s’agit d’un spectacle live, la manière d’interpréter les chansons change à chaque spectacle, tout comme les prouesses des acrobates, qui cherchent à chaque fois de nouvelles façons de nous surprendre. Nous avons énormément misé sur le visuel et la musique pour raconter notre histoire. Il ne s’agit pas pour nous d’essayer de simplement reproduire des scènes des dessins-animés de Disney. C’est une véritable réinterprétation avec notre sensibilité, afin d’offrir à nos visiteurs des expériences toujours différentes.  


A l’opposé d’un Chantons La Reine des Neiges très narratif et littéral, La Forêt de l’Enchantement : Une aventure musicale Disney semble plus abstrait. Qu’en pensez-vous ? 
Tout à fait. Nous voulions parler directement au cœur et à l’imagination du public, le laisser libre d’interpréter nos différents tableaux au gré de son propre ressenti. C’est une nouveauté, et une vraie prise de risque. Mais c’est le lot de toute création.  

Quelles furent vos sources d’inspiration ? 
Je suis un très grand fan du Cirque du Soleil, et notamment les spectacles Varekai et Amaluna. On retrouve également quelque chose du musical du Roi Lion, avec ces personnages mi-hommes, mi-plantes autour de l’arbre de Rafiki. Ces inspirations extérieures nous aident à donner sans cesse un nouveau souffle à nos productions. C’est ainsi que nous avons fait appel à de nouveaux collaborateurs. Nous avons demandé au coach vocal Guillaume Coignard, qui a déjà travaillé à Mogador sur les productions du Roi Lion ou encore de Mamma Mia! et pour la télévision sur la Star Academy, de nous rejoindre. C’est aussi lui qui s’occupe d’Anaïs Delva, la voix française d’Elsa. Les acrobaties, et notamment celles de Tarzan, ont été supervisées par Yoann Benhamou, un ancien de Disneyland Paris qui a ensuite rejoint le Cirque du Soleil. Et pour la chorégraphie, nous avons fait appel à Caroline Roelands, qui a elle aussi travaillé à Mogador et intervient tant à la télévision que sur des scènes classiques.  
Outre les Personnages Disney, cette Forêt de l’Enchantement est peuplée de toutes sortes de créatures fantastiques. Comment les avez-vous imaginées ? 
Autour d’Enchantella, notre conteuse chanteuse, pilier de tout cet univers fantastique, toutes les créatures qui peuplent notre forêt représentent les quatre éléments, et toute leur personnalité découle de là. Cela se ressent aussi à travers les couleurs de chaque costume. Par exemple, Root Man, l’homme-racine, apporte une dimension terrestre, organique. Lucille, la libellule, qui représente l’air, a les yeux grands ouverts sur le monde et s’émerveille de tout ce qui l’entoure. Notre Lézard, Lezardo, est tout de rouge vêtu. C’est le caractère fort et flamboyant de la forêt, à l’opposé de Waterlilo, le Nénuphar, connecté avec l’eau, qui apporte une forme de sérénité. Et pour la fantaisie, nos costumières ont imaginé des habits extravagants comme on pouvait en trouver juste après la Révolution française, avec ses Incroyables et ses Merveilleuses. Des habits très élancés et très stylisés, mais marqués par la nature. Pour ce faire, les costumes ont été très travaillés, avec des collages ou bien de la peinture à même le tissu pour donner cette impression de rapport très brut à la nature. Tout comme les maquillages qui ont été créés spécialement pour exprimer cette dualité homme/nature. 

Comment avez-vous abordé les décors, eux aussi très originaux ? 
L’idée de cette mise en scène est de permettre aux personnages et aux animaux de surgir de tous côtés, et ce en utilisant tous les effets du décor permettant une surprise visuelle de tous les instants. Le décor est l’œuvre d’ Yves Ollier, qui en tant que scénographe pour Disneyland Paris a conçu de nombreux projets. Notre inspiration de départ était d’utiliser l’idée du principe du « Popup Book » . Nous avons donc consulté Matthew Reinhart, spécialiste de ce type de livres d’enfants. Cet échange a permis à Yves de concevoir un décor qui, tel un livre ouvert, se transforme au fil des tableaux.  
Avec La Forêt de l’Enchantement : Une aventure musicale Disney, vous avez réussi le tour de force de revivifier la tradition des spectacles de Disneyland Paris. 
Faire revenir Pocahontas et Tarzan sur la scène de Chaparral Theater, c’était en effet rendre hommage, d’une manière différente, à une tradition de spectacles inoubliables qui remonte à l’inauguration de cette scène avec Pocahontas – Le Spectacle, en mai 1996, puis avec Tarzan : la Rencontre, lancé en avril 2000. Les premières réactions du public sont très positives et j’en suis le premier ravi !

Photos Caroline Noyer

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home