lundi, décembre 28, 2015

SANJAY'S SUPER TEAM: Entretien avec le réalisateur Sanjay Patel



Il parait qu’au début, vous étiez réticent à diriger un court métrage d'animation. Vous préférez  écrire / dessiner des livres. Pouvez-vous me parler des différences entre les deux arts et ce qui vous a fait changer d'avis?

La grande différence est que je me sens super créatif et heureux par moi-même. Plus j’ai de personnes autour de moi, plus je me sens épuisé et moins je suis créatif.  Je suis un introverti classique, j’ai vraiment besoin de beaucoup de temps seul pour me sentir bien. Donc ma personnalité correspond parfaitement avec le travail personnel sur un livre. Diriger est à l'exact opposé de ma personnalité. L'ensemble de votre travail consiste à vous entourer d'une équipe et d'être créatif à travers eux. La chose qui m'a aidé fut quand j’ai compris que je ne devais pas avoir toutes les réponses et que je me suis alors laissé à simplement collaborer avec mes amis. Lorsque nous étions à l’optimum du travail sur le court métrage, il y avait une véritable énergie de collaboration qui se ressentait.

J’ai changé d’avis en ce qui concerne la direction après avoir parlé à mon père. Il m'a rappelé que le studio m’avait soutenu pendant près de vingt ans. Et de ne pas essayer ce qu'ils me demandaient de faire créerait un mauvais karma. Il a suggéré que mon devoir était de faire de mon mieux.



Comment avez-vous constitué votre équipe?

Dès le départ, je voulais travailler avec Chris Sasaki. Il a un talent incroyable et c’est un travailleur acharné. Et il fait tout ça avec le sourire et une attitude décontractée. En tant que réalisateur, vous ne pouvez pas demander un meilleur collaborateur. Nicole Grindle, la productrice de SST, a fait tout le lourd travail pour assembler l'équipe. C’est à elle que revient tout le crédit d’avoir pu accrocher Chris ainsi.

En outre, dans votre équipe se trouvent Dice Tsutsumi et Robert Kondo, qui a créé la merveilleuse Dam Keeper. Être comme vous à la fois artistes et réalisateurs, comment avez-vous collaboré avec eux?

Une fois encore Nicole a orchestré la collaboration avec Robert et Dice. Nicole avait travaillé avec eux sur Monstre Université et a estimé qu'ils seraient parfaits pour nous. Robert a agi comme mentor pour Chris Sasaki qui était nouveau dans le rôle, et Dice a agi comme mentor pour Paul Abadilla, qui a créé une belle palette de couleur pour le court. Nous avons eu une chance extraordinaire de pouvoir mettre un court sur pied avec ces professionnels chevronnés.
 


Le sujet étant très proche de votre propre identité, comment avez-vous partagé votre vision avec votre équipe, qui ne partage pas la culture indienne et hindoue?

J’ai commencé en partageant le scénario de l'histoire puis je leur en aie dit plus sur la façon dont j’ai grandi dans un ménage qui a été divisée entre l'Est et l'Ouest. Je leur ai dit d'essayer de concilier deux cultures tout en essayant de comprendre leur propre identité. Nous avons aussi effectué quelques voyages au Musée des Arts Asiatiques de San Francisco et avons été guidés par quelques grands docents qui font vivre les divinités en racontant leurs mythes. Nous avons également eu deux autres artistes (Charu Clark: responsable éclairage et Arjun Rihan: responsable Camera & Staging ) d'origine sud-asiatique qui ont aidé à parfaire les connaissances de l'équipe.

Au sujet de la conception, quelles ont été vos sources concernant le temple et l'architecture traditionnelle indienne? Comment était-ce à créer en CG?

Eh bien pour le temple, nous nous sommes inspirés du temple jaïns ainsi que l'architecture des temples de l'empire Hoysala. Une grande partie du travail de conception a été exécuté par Chris Sasaki et Nelson Bohol.

À certains égards, travailler en CG nous a permis de prendre des raccourcis dans la duplication des détails que les créateurs originaux de ces temples auraient appréciés.
Vos livres proposent beaucoup de merveilleux dessins de dieux hindous. Comment avez-vous traduit ces conceptions dans l'animation?

Je ne voulais pas que les dessins de mes livres donnent le ton pour le court métrage. En fait, j’ai donné à Chris la liberté de trouver le design dans son propre style. Une fois qu'ils ont été modélisés et que la structure a été créée, Royce Wesley notre animateur principal a fait quelques tests pour déterminer la seule façon dont ils pourraient être animés. Le point de référence important pour animer les divinités était la danse classique indienne. Nous avons fait venir un expert local, Katherine Kunhiraman. Elle a aidé à chorégraphier les mouvements des divinités avec les traditions spécifiques des danses sud-asiatique.
Quels étaient les défis techniques que vous avez rencontrés?

Beaucoup de défis technologiques. Toutes les divinités avaient besoin de robes flottantes et des bijoux orné qui pourraient léviter et interagir avec les divinités. La création du temple cosmique était un défi  technique majeur qui a été résolu par l'éclairage et les effets en travaillant simultanément  pour créer un décor qui a un effet visuel de mouvement.

Comment avez-vous pu illuminer ce véritable conte?

La lumière est le thème central de l'histoire. Allumer la bougie, la garder allumée, les changements de lumière représentent la transformation du temple de quelque chose de gris, mort et sans vie en quelque chose de dynamique et céleste, pour aboutir finalement à l'illumination du Petit Sanjay.


Que pouvez-vous  me dire à propos de la création de ces couleurs particulièrement éclatantes que vous avez utilisées?

Chaque divinité a une association de couleur. Vishnu est toujours bleu, Durga est toujours rouge, et Hanuman tend à être vu dans les verts. Je suis juste resté fidèle à la tradition.

Que pouvez-vous me dire à propos de la conception sonore?

Nous avons eu une super-chance de travailler avec Justin Pearson, un designer sonore incroyable,  qui travaille ici chez Pixar. Je lui ai demandé de se limiter à une cloche de prière et à un chant, parce que c’est cela que mon père utilise dans sa pratique de dévotion. Justin a fait un usage fantastique sur les limitations en enregistrant des bols de prière, des cloches de temple, ainsi que des bols de cristal pour les sons purs. Justin est un sorcier du son.

Comment avez vous choisi Mychael Danna comme compositeur? Qu'est-ce que vous attendiez de sa personnalité musicale unique?

Depuis que  Mychael a été approché par PIXAR pour la bande son de « le voyage d’Arlo » on nous a demandé de prendre en compte sa candidature. Après l’avoir rencontré et tandis que nous discutions, nous avons réalisé que nos deux fils partagent le même nom, Arjun. Il se trouve que la femme de Mychael est bengali et qu’il était très en phase avec la culture ainsi que la musique de la culture spirituelle de l'Inde. En fait, Mychael a eu l'intuition d'introduire la flûte Bansuri pour le moment d’apothéose où Vishnu oint le garçon.



Sanjay's Super Team est très spécifique dans son sujet, et en même temps, parle à tout le monde. Comment expliquez-vous ce paradoxe?

Une grande partie de ce crédit va à John Lasseter. John a  été celui qui a suggéré de raconter l'histoire vraie de mon père et moi. Puis il m’a encouragé à dire ma vérité, à être fidèle à mon histoire. Il savait que si nous étions honnêtes à propos de l'expérience, elle sonnerait vrai et résonnerait pour les autres.

Il me semble que, dans un sens, Sanjay's Super Team vous a permis de redécouvrir vos traditions, mais au travers de médiums plus moderne. Que pensez-vous de ce paradoxe (de nouveau)?

Oui c’est en quelque sorte ironique. Ce que je dis aux gens est que mon père exerce sa foi assis les jambes croisées sur un tapis. Je suis tout aussi dévoué et respectueux, je suis juste assis sur une chaise Herman Miller et utilise un ordinateur Macintosh. Je pense que Steve Jobs aurait souri à ce court.


Merci Scrooge pour la traduction!

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home