mardi, juin 09, 2009

DISNEY CHARACTER VOICES INTERNATIONAL: Entretien avec le directeur créatif Boualem Lamhene

On peut dire qu’un doublage est réussi lorsqu’il se fait oublier. C’est souvent le cas des doublages français, qui arrivent parfois même à occulter par leur qualité les voix originales. Et c’est à Disney Character Voices International que l’on doit ces réussites sans cesse renouvelées.
L’histoire de DCVI commence en 1988, avec la visite de Michael Eisner à Paris pour préparer la construction d’EuroDisneyland... et améliorer son français. C’est alors qu’il découvre la version française de la série THE GOLDEN GIRLS et ses lacunes en matière de traduction et de doublage. Il ne lui en fallut pas plus pour créer, presqu’immédiatement, ce nouveau département dirigé par Roy Disney, et dont le directeur créatif français est aujourd’hui Boualem Lamhene.
Rencontre avec la voix derrière les voix...


Pouvez-vous nous expliquer votre travail et votre parcours ?
Je suis directeur créatif pour DCVI à Paris. Mon travail consiste à superviser tout ce qui est production de doublage français, ce qui inclut la télévision, le cinéma et le home video, ainsi que certains projets de Disneyland Resort Paris et des logiciels de jeu. C’est donc très vaste. C’est pourquoi j’ai maintenant une équipe qui travaille avec moi et pour chaque département, j’ai un superviseur créatif qui gère chaque type de production. Mon rôle principal consiste à diriger, caster et superviser les films d’animation pour le home video et le cinéma. Mon parcours est assez simple : après des études d’anglais assez cahotiques, j’ai intégré un studio de production dans lequel j’ai suivi une formation en alternance, à la suite de laquelle j’ai été rapidement nommé responsable de montage. J’ai donc fait beaucoup de montage audio. Ensuite, je suis passé ingénieur du son, j’ai fait des enregistrements dialogues et chansons, un petit peu de mixage et très rapidement j’ai été recruté en tant que superviseur indépendant, notamment pour la Walt Disney Company et pour Pathé Cinéma France, sous la direction de Monsieur Paul Rassam, que je respecte énormément dans le métier et qui m’a beaucoup aidé. Un beau jour, j’ai été contacté par Disney pour superviser DINOSAURE avec Djamel Debouze et à la suite d’un rendez-vous à Londres plutôt intéressant et constructif, on m’a proposé de devenir manager pour intégrer l’équipe créative française. Cela s’est fait très naturellement. Je connaissais déjà les gens de Disney depuis quelques années ce qui a considérablement simplifié nos rapports et mon intégration au sein de la compagnie.

Richard Darbois

Pouvez-vous nous expliquer le rôle spécifique de DCVI ?
A la base, ce département a été créé pour trouver des acteurs dans tous les pays dans lesquels Disney fait du doublage. Il faut savoir que DCVI double en 22 langues différentes et que des antennes ont été ouvertes il y a une dixaine d’années sur tous ces territoires pour trouver des voix qui puissent ressembler le plus possible aux principaux characters de Disney, à savoir Mickey, Minnie, Dingo, Donald, Daisy, etc, c’est-à-dire les Fab 7. On les appelle des voice match, le but étant de créer l’illusion d’un Mickey qui parlerait 22 langues différentes avec la même voix. C’était donc le point de départ, et très rapidement, la production devenant de plus en plus importante et volumineuse, DCVI s’est élargi sur le plan créatif et technique : nous avons implanté des bureaux avec des superviseurs créatifs et techniques pour s’occuper de l’ensemble de la production des doublages. A chaque fois qu’une nouvelle série arrive, elle arrive au bureau DCVI qui prend alors en charge la responsabilité du doublage dans son intégralité sur le plan légal, financier, créatif et technique. Nous travaillons donc au quotidien sur tous ces domaines : négocier avec des agents pour avoir des stars sur des films, avoir une connaissance technique suffisamment complète pour pouvoir gérer ces questions sur un plan international, avoir un sens créatif assez développé et pouvoir constituer des contrats avec des artistes que l’on engage régulièrement sur nos films en parallèle avec un département légal.


Comment se passe généralement le choix d’une voix ?
Je reçois des maquettes de Los Angeles avec les voix originales, qui sont des voix officielles d’acteurs connus ou d’acteurs de studio américains, je les écoute, je cherche l’inspiration et j’essaie d’imaginer qui nous pourrions contacter, qui aurait une voix similaire. Et si j’ai de gros doutes, nous faisons des séances d’essai de voix : je fais venir 5 ou 6 acteurs en studio, je leur fais faire un essai et j’engage celui qui aura la voix la plus proche de l’original. C’est l’école traditionnelle. Maintenant, il y a une école parallèle qui existe depuis quelques temps, qui est pour nous la vraie école créative : on s’inspire d’un acteur comme John Goodman par exemple, et on va trouver en France un acteur qui n’aura pas nécessairement la même voix, mais qui va réellement apporter au personnage comme Richard Darbois (Buzz, ou plus récemment Baloo), Jacques Frantz -ci dessus- (Pacha, Sulli, Silver) ou Med Hondo (Rafiki). Ce dernier est comme vous le savez la voix officielle d’Eddy Murphy alors que leur voix ne se ressemble pas, mais il a réussi à créer un personnage en France. Quand les Français imitent Eddy Murphy, ils imitent en fait Med Hondo ! Pour nous, ce sont de vrais défis créatifs, et quand on arrive à faire ce genre de chose, on est vraiment très content : on réussit, tout en s’inspirant de l’original américain, à créer un univers et un jeu qui correspondent plus à notre public, à notre culture. Je pense également à Djamel Debbouze sur DINOSAURE : il a vraiment innové et dans le texte et dans le jeu, et c’est ce qui a fait, je pense, que le film a remporté un franc succès lors de sa sortie.

Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec deux des plus grands traducteurs de Disney, Philippe Videcoq, à qui l’on doit les versions françaises de POCAHONTAS ou de LA PLANETE AU TRESOR, et Luc Aulivier, qui a magnifiquement traduit, notamment, les chansons d’Alan Menken depuis ALADDIN ?
J’ai énormément de respect, d’admiration et d’affection pour tous les deux. Je les connais depuis très longtemps. Quand j’ai commencé ils étaient déjà là, et cela fait treize ans que je suis dans le métier. Philippe est un personnage haut en couleurs. Il est assez fermé, pas très facile d’accès, mais il a un vrai sens créatif. Il est très humain. C’est quelqu’un de très talentueux, de très efficace et de très disponible pour nous. Il a une vraie histoire d’amour avec Disney. C’est un vrai fan : il connaît l’histoire de Disney, de son animation, de ses personnages. C’est une vraie bible pour nous, l’un des fleurons de Disney France. Quand je lui ai proposé d’écrire LA PLANETE AU TRESOR, je lui ai demandé de créer autour des personnages. Pour un personnage comme B.E.N., interprété par Lorant Deutsch, je lui ai demandé de créer un maximum au niveau des dialogues parce que ce n’était pas facile de faire passer ce qu’il y a dans l’original en français en restant collé au texte anglais. Cela n’aurait pas fait voyager les enfants, et l’humour ne serait pas passé de la même façon. Je lui ai donc demandé de prendre ses distances de la version originale en lui apportant un humour un peu plus français, et il a su merveilleusement le faire. De toute façon, Philippe est quelqu’un qui m’impressionne énormément. Il a une connaissance et une maîtrise rares de la langue française et une grande affection pour Disney. Quant à Luc Aulivier, c’était un diamant brut il y a dix ans et aujourd’hui il est poli d’un côté et resté brut de l’autre, parce qu’il peut faire exactement ce qu’on a dans l’original et de l’autre côté créer quelque chose de complétement nouveau et de génial à chaque fois. Luc-Au, c’est la personne à qui je fais appel lorsque j’ai des chansons compliquées, quand j’ai envie que cela soit rythmé, que cela swingue. Quand je lui ai demandé d’écrire I’ll Try de PETER PAN 2, il n’est pas revenu avec « j’essaie » ! Il est revenu avec Je Crois. Cela résume tout ! Il sait que chanter est un art difficile et qu’il faut mettre les mots justes pour avoir une véritable interprétation. Ses traductions coulent, on a l’impression que c’est la version originale, tout en respectant le sens original.

Le choix, tant en France qu’aux Etats-Unis, de chanteurs pour des voix uniquement parlées peut paraître surprenant. Dans LE LIVRE DE LA JUNGLE 2, c’est Phil Collins dans le rôle de Veinard (Lucky), le vautour en V.O. et Dick Rivers pour la version française de Shere Khan.
Si je vous dis que c’est le hasard, vous croyez ? Au Etats-Unis, ce sont vraiment des clins d’oeil, c’est pour faire plaisir aux artistes, et je le fais aussi ici à Paris, à partir du moment où cela ne dessert pas le film, créativement. Pour LE LIVRE DE LA JUNGLE 2, je suis dans mon bureau, en train de regarder le film, j’ai mon casting presque complet et je cherche une voix pour Shere Khan. On frappe à ma porte, je tourne la tête et entre Olivier Margerie qui s’occupe de la communication pour Walt Disney Home Video France, avec Dick Rivers, que j’avais rencontré auparavant lors d’une soirée et qui voulait me dire bonjour. Il rentre et regarde la télé en disant d’une voix grave : « mais c’est Shere Khan ! ». Là, je ne me suis plus posé de question et je me suis dit « la semaine prochaine, j’ai besoin de toi ! » Cela s’est fait ainsi, très simplement, par le plus pur des hasards. Il est donc venu, il a fait un essai de voix, c’était lui, sans aucun effet, et en plus il avait très envie de le faire.

Nous aimerions maintenant parler avec vous de certains comédiens incontournables. En premier lieu, bien sûr Roger Carel...
Nous sommes tous un peu ses enfants dans ce métier. C’est quelqu’un de grand. Et il a encore cette vraie envie de contribuer et d’apporter au film. La passion est toujours là, intacte, avec le talent. Quand il est venu pour faire Kaa, cela l’a ramené quelques années en arrière. Et que de rires avec lui ! Car il y a toujours deux prises avec Roger : sa prise à lui, pour s’amuser, puis la prise pour le public. Et pour cette première prise, si vous êtes sur le plateau et si vous arrivez à vous contenir, c’est bien, mais en général personne n’y arrive, tout le monde éclate de rire. Il apportera toujours, c’est quelqu’un qui ne laisse pas indifférent. Lorsqu’il arrive sur le plateau, tout de suite c’est respect, sourire, bonne humeur et qualité. Il y a d’autres gens du métier dont je pourrais parler avec autant de passion. Med Hondo, par exemple, est quelqu’un que j’adore. Ce n’est pas seulement un acteur de doublage. Il produit ses propres films, tournés dans des conditions inimaginables en Afrique, tout cela pour assouvir sa passion, le cinéma. Peu de gens le savent. Quand on dit, Med Hondo (ci-dessous), on pense Eddy Murphy, mais ce n’est pas que cela. C’est un grand monsieur. On le connaît pour avoir interprété le rôle de Rafiki dans le ROI LION et celui de Yar, le père de Plio dans DINOSAURE, et je vous annonce en exclusivité qu’il aura un rôle important dans NEMO. Il y a Jacques Frantz, qui mêne de main de maître sa carrière au cinéma et qui, en parallèle, est toujours disponible pour des doublages, avec beaucoup d’humilité et de simplicité. Toujours là, jamais en retard, n’oubliant jamais un rendez-vous. Il y a aussi Patrick Poivet, la voix officielle de Bruce Willis en France, qui a prêté sa voix mieux que personne à Francis, la coccinelle de 1001 PATTES. Il y a énormément d’acteurs avec qui j’aime travailler à Paris. Je peux aussi vous parler du plus grand acteur de doublage qui existe, et qui mériterait de faire beaucoup d’autres choses : Dominique Collignon-Maurin, la voix française officielle de Nicholas Cage. C’est aussi la voix de Roberto Benigni quand celui-ci ne veut pas se doubler. Il a fait PINOCCHIO pour nous récemment et j’ai lu un article faisant l’éloge de la personne qui avait doublé Benigni en disant que c’était presque mieux que l’original ! C’est quand même marrant. C’est quelqu’un qui peut être aussi bien Hadès dans HERCULE, Le Borgne dans 1001 PATTES ou Léon Bogue dans MONSTRES ET Cie. On ne le reconnaît jamais, mais c’est toujours lui : Dominique Collignon-Maurin, un autre grand monsieur de la profession.


Vous faites vraiment un beau métier !
Nous faisons un métier qui nous passionne et qui nous prend beaucoup de notre énergie et de notre temps toute l’année. Nous espérons simplement que le public saura l’apprécier à sa juste valeur. Nous serons toujours là à la disposition du public, des artistes et des nouveaux talents, toujours prêts à aider et à développer des projets. Ce n’est pas difficile justement à cause de cette passion. Je suis privilégié, j’en suis conscient !

Réagissez sur DisneyGazette

11 Comments:

Anonymous alex said...

Encore une superbe interview!!!

9:01 PM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Merci Alex!

12:37 AM  
Blogger caibrune said...

Bonjour!!
Votre blog est vraiment génial...vous devez ête un passioné!Mais comment arrivez vous à obtenir toutes ce interview??

6:34 PM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Merci beaucoup!
Pour les interviews, j'ai mon petit réseau!....

1:45 PM  
Blogger sam said...

Je suis animateur radio et je pratique du doublage malheureusement je n'ai jamais eu la possibilité de travailler avec Disney comment lui envoyer une demo ?

12:47 AM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Pour cela, vous pouvez vous adresser au siège de la Walt Disney Company France, à Paris.

11:09 PM  
Anonymous Anonyme said...

bonjour j'aimerai pouvoir doubler un personnage disney mais je ne connais pas leur adresse mail...
merci d'avance
ps: ce blog est vraiment génial!!!
BRAVO!!!!

4:26 PM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Merci beaucoup!
Par contre, je n'ai pas de mail à vous proposer . Le doublage est produit par Disney Character Voices International. Leur siège se trouve auprès de la Walt Disney Compagny, France ; 1 rue de la Galmy ; 77776 Marne la Vallée cedex 4
Bonne chance!

4:39 PM  
Anonymous Anonyme said...

merci quand même et encore bravo pour ce blog!!!!

6:00 PM  
Anonymous cloé said...

Bonjour ce blog est décidement fantastique!!!!!
Pourriez-vous savoir grâce à vos connaissances et votre réseau, s'il y aura bientôt un nouveau film ou série ou autre production Disney?
Mon rêve est de travailler pour Disney depuis que je suis toute petite en tant qu'actrice ou bien dans le doublage!!!!

Et j'espère sincerement que vous pourrez m'aider!

Merci infiniment d'avance!!!!!!

7:08 PM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Merci infiniment, Cloé!!!
Pour tout savoir des prochaines productions Disney, je vous conseille de vous rendre sur l'excellent forum Disney Central Plaza. Vous y trouverez une mine d'informations, ainsi qu'un portail vers différents site plus spécifiques.

8:55 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home