lundi, avril 27, 2009

LE VISIONARIUM: Entretien avec le compositeur Bruce Broughton

Il est des attractions qui ont tellement marqué notre imagination qu'on en parle encore tandis qu'elles ont été remplacées par de nouvelles. C'est le cas du Visionarium, que l'on considérait à l'ouverture d'Euro Disneyland comme l'attraction-phare de Discoveryland et qui est aujourd'hui remplacée par Buzz L'Eclair - Bataille Laser.

Une attraction pionnière dans la thématisation du procédé Circle-Vision 360° et surtout un univers tout aussi futuriste que poétique, cristallisant à lui seul tout l'esprit de Discoveryland, avec notamment la présence de Jules Verne et de H.G. Wells dans le film "De Temps en Temps".

Une poésie et un optimisme tout disneyens que l'on retrouve dans la partition de Bruce Broughton, grand habitué des parcs Disney et qui nous parle avec émotion de l'une de ses musiques les plus réussies -et que vous pouvez re-découvrir en cliquant ici.

A l'époque où le Visionarium est créé, le procédé de la « Circle-Vision » n’est pas nouveau. Il a été inventé par les experts de WED dans les années cinquante pour le Circarama de Disneyland, une attraction présente dès l’ouverture du parc. Il s’agissait de projeter un film sur un écran à 360°, tourné au moyen d’une machine circulaire composée de onze caméras filmant en 16mm.

Le procédé a été modifié (notamment suite aux plaintes du système concurrent, qui utilisait lui aussi 11 caméras) pour la version floridienne de ce show, le Circle-Vision 360, inauguré en novembre 1971 à Tomorrowland : neuf caméras de 35 mm seront désormais requises et l’attraction connaîtra alors un grand nombre de variations, que ce soit en ce qui concerne les films qui y seront projetés (America The Beautiful à Disneyland en 1967 avant DisneyWorld en 1971, Magic Carpet ‘Round the World en 1974 et America Journeys en 1984) ou en ce qui concerne les concepts (Impressions de France, O Canada et Wonders of China à Epcot).


Ceci dit, si l’expérience est enthousiasmante, ces attractions sont faiblement thématisées : il s’agit de la projection d’un film particulier dans un cadre particulier, avec plus un esprit de découverte qu’une véritable narration. Cette dimension essentiellement disneyenne des attractions s’affirmera donc avec Le Visionarium, présent à Disneyland Paris depuis son ouverture, le 12 avril 1992. Cette fois, le public est invité à participer aux premiers essais de la machine à remonter le temps inventée par Timekeeper, « robot brisé par le destin », et de rencontrer ainsi les grands esprits du passé, de Léonard de Vinci à Mozart, sans oublier H.G. Wells (Jeremy Irons) et bien sûr Jules Verne (Michel Piccoli). Mais Le Visionarium propose d’autres innovations de taille : il s’agit également de la toute première attraction réunissant Audio-Animatronics (Timekeeper et Nine-Eye), effets numériques (Nine-Eye, Jules Verne, et la famille dans la machine à remonter le temps) et effets spéciaux dans un film à 360° (les déplacements temporels, le dinosaure, Paris dans le futur, etc).

La musique de cette aventure De Temps en Temps a été créée par le grand Bruce Broughton, qui signait là une nouvelle fructueuse collaboration avec Disney depuis BERNARD ET BIANCA AU PAYS DES KANGOUROUS. Nous lui avons demandé de nous présenter sa musique pour cette attraction : « C’était le premier projet de ce genre auquel je participais et j’étais très intéressé par ce format complètement nouveau pour moi. Je suis un fan de Disney depuis que je suis tout petit, et j’étais très enthousiaste à l’idée de pouvoir avoir ma musique dans les parcs Disney. Je pensais, et je pense toujours, que cette idée d’un film projeté sur un écran à 360° plaçant le spectateur véritablement au milieu de l’action est très efficace d’un point de vue théâtral. De plus, je trouve que l’attraction dans son ensemble est géniale. Pour elle, j’ai composé une musique de film traditionnelle. Dans ce genre d’attraction, j’opte plutôt pour une approche traditionnelle, intemporelle de la musique. Dans la mesure où elle était là pour des années, je ne voulais surtout pas que ma musique paraisse datée. L’orchestration est classique, avec doubles pupitres de bois, une section de cuivres, percussions, harpe et cordes. Pour cette musique, j’ai dirigé le Sinfonia of London, un orchestre avec lequel j’ai une longue et heureuse collaboration. Le Sinfonia a joué les musiques que j’ai écrites pour YOUNG SHERLOCK HOLMES, TOMBSTONE et LOST IN SPACE. Nous avons également travaillé ensemble sur ‘Ellen’s Energy Crisis’ »

L’ambiance de cette attraction est très proche de celle de Space Mountain -de la Terre à la Lune- (sur laquelle nous reviendrons prochainement) par leurs références communes au monde et à la culture de l’époque de Jules Verne, et cela se ressent dans la musique, moins dramatique que De la Terre à la Lune, mais tout aussi optimiste, positive et exaltante, en particulier quand le compositeur laisse libre cours à son enthousiasme et à son talent de symphoniste pendant le voyage de Jules Verne en hélicoptère : la vraie musique des visionnaires. Mais sa musique s'intègre aussi tout à fait dans le concept européen du parc parisien. « On m’a demandé d’inclure de la musique française dans le show. Par exemple, vous remarquerez que la construction en accéléré de la Tour Eiffel est un arrangement d’Offenbach, et que l’orchestre du parc [dans lequel Jules Verne rencontre H.G. Wells, JN] joue Emile Waldteufel [l’un des spécialistes français de la valse (1837-1915), JN]. Ma première obligation en tant que compositeur de musique de film est toujours de renforcer l’histoire, les images, et le contenu émotionnel, mais si j’ai l’occasion de pouvoir y ajouter de la poésie ou une musique qui a sa propre substance, je ne m’en prive pas Je voulais souligner la beauté des paysages et l’énergie des découvreurs. Il y a des scènes vraiment magnifiques dans le film. »

Un tel élan, une telle force spirituelle, un optimisme si disneyen ne pouvaient que se transmettre aux autres parcs Disney. C’est ainsi que Le Visionarium devenu The Timekeeper s’est installé en Floride le 21 novembre 1994 et ce jusqu'en 2006, où elle a cédé sa place à Monsters Inc. Laugh Floor. De Temps en Temps est devenu From Time to Time et des paysages américains ont pris la place de certaines scènes européennes, et ce sont maintenant Robin Williams et Rhea Perlman qui doublent les hôtes de cette attraction. « Les deux partitions sont très différentes, précise Bruce Broughton. La narration et le pré-show américains étaient trop différents pour conserver la partition européenne telle quelle. Robin Williams et Rhea Perlman avaient une telle énergie que la version européenne ne convenait pas à leur interprétation. C’est pourquoi j’ai écrit une nouvelle partition pour la Floride. La version américaine n’en garde pas moins de nombreuses similarités avec celle de Paris ; on y retrouve par endroits la même musique, mais en général elle est moins riche, plus simple, plus directe et plus énergique. » Quant à Tokyo Disneyland, il bénéficie également de la même attraction, qui a d’ailleurs repris son nom français en gagnant le Pacifique !

Cette attraction inaugurée en France a conquis le monde : « J’adore cette attraction. Je la trouve à la fois belle et amusante. Je l’ai vue en Floride et j’ai remarqué que les gens qui allaient y entrer n’étaient pas très sûrs de ce qu’ils allaient voir, mais à leur sortie, ils pensaient tous que c’est une grande attraction. Je pense qu’elle prend les gens par surprise. Je l’aime beaucoup plus que d’autres attractions plus tape-à-l’oeil. » Depuis, Bruce Broughton a signé de nombreuses autres musiques pour les parcs Disney, comme Ellen’s Energy Adventure à Epcot, Chérie, J’ai Rétréci le Public à Epcot et Disneyland Paris, l’arrangement de It’s Tough To Be A Bug à Disney’s Animal Kingdom et Disney’s California Adventure. « Je me suis plus amusé à travailler pour les parcs Disney que pour n’importe quel film. Chaque attraction est différente, chacune est un nouveau défi ; les gens qui les créent sont tous extrêmement enthousiastes, compétents et véritablement engagés dans ce qu’ils font. Ils forment tous une véritable équipe pleine d’imagination. Je me suis fait beaucoup d’amis et j’ai passé des moments extraordinaires à travailler sur ces attractions. J’aime la diversité de ces attractions et je m’amuse, lorsque j’emmène ma famille dans les parcs Disney après coup, à voir les réactions des visiteurs, et à participer moi-même à ce que nous avons réalisé. J’apprécie particulièrement l’idée que, même si ce travail est pratiquement anonyme, des millions de gens ont vu ces attractions et ont été touchés par elles. »

Retrouvez l'impressionnante carrière de Bruce Broughton sur Disney Central Plaza

1 Comments:

Anonymous Mikey said...

Bruce Broughton will be presenting his fabulous score to LE VISIONARIUM / TIMEKEEPER at the film music concert HOLLYWOOD IN VIENNA on Sept 23 2011. Performed by a 100 people orchestra!
Check out www.hollywoodinvienna.com

6:37 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home