samedi, octobre 06, 2007

LES COMEDIES MUSICALES DANS LES PARCS DISNEY : Entretien avec le directeur de la musique de Disneyland, Bruce Healey

C'est toujours une réelle émotion de parler avec Bruce Healey. Son humanité et son talent musical en font l'une des personnalités les plus créatives et les plus magiques de l'univers Disney.

Et la magie était encore au rendez-vous pour évoquer avec lui les comédies musicales du Disneyland Resort de Californie, dont il est directeur de la musique. Que ce soit le regretté Snow White - An Enchanting Musical ou le toujours adoré Aladdin - A Musical Spectacular, le resort californien possède son lot de spectacles - événements... en attendant les prochains!


Quelles sont les origines des comédies musicales présentées sur le Disneyland Resort?
Nos deux productions sont nées de la rencontre entre des metteurs en scènes choisis pour leur créativité et le département Disney Creative Entertainment dirigé par Anne Hamburger. L'idée était d'élever le niveau des productions scéniques de nos parcs jusqu'à un niveau de qualité et de sophistication comparable à ce qu'on trouver à Brodway. C'est aussi la raison pour laquelle Anne a fait appel à des équipes différentes pour chacun de nos spectacles.

Le premier d'entre eux fut Aladdin – A Musical Spectacular.
Il s'agit d'une version condensée du film, en 45 minutes, qui prend vie sur scène, dans une esthétique plus proche du théâtre musical. Pour cela, nous avons beaucoup travaillé à la recherche d'un cast du niveau de Broadway et nous sommes ravis que cette qualité ait rencontré le succès dès l'ouverture du show. La metteur en scène de cette production fut Francesca Zambello, qui dirige actuellement la version Broadway de La Petite Sirène et notre arrangeur fut Tim Williams, qui a également arrangé Snow White- An Enchanting Musical. Pour ma part, j'ai travaillé avec Tim en tant que producteur et directeur musical sur les deux spectacles. J'ai collaboré avec lui sur certains numéros pour les arrangements, tandis qu'il s'est occupé de toutes les orchestrations.

Comment se présente ce spectacle?
Aladdin – A Musical Spectacular est produit au Hyperion Theater de Disney's California Adventure. C'est un théâtre de presque 2000 places totalement équipé à la manière des théâtres de Broadway, avec un système sonore très sophistiqué et une grande scène qui permet beaucoup de chose en matière de décors et de scénographie. On retrouve dans ce spectacle les personnages du Génie d'Aladdin, de Jasmine et de Jafar en chair et en os, tandis que Iago est une marrionnette animée par un artiste qui fait également sa voix. Les représentations ont lieu 3 à 5 fois par jour entre 5 et 7 jours par semaine.

Qu'en est-il de Snow White – An Enchanting Musical?
Ce spectacle n'a plus lieu aujourd'hui, mais il était produit au Fantasyland Theater il y a encore 7-8 mois. C'est un environnement très particulier à mettre en scène dans la mesure où il s'agit d'un théâtre en plein air abrité par une bâche, et je voudrais saluer en cela le travail du décorateur, Tom Butsch. Il a beaucoup travaillé afin que ses décors apparaissent de façon appropriée malgré la lumière du soleil. Le show permettait lui aussi d'apporter cette esthétique très « Broadway » au Fantasyland Theater. Il durait 35 minutes environ et on y retrouvait Blanche-Neige, le Prince, les sept Nains et la Méchante Reine qui se transformait en Sorcière dans une scène vraiment impressionnante. C'était un spectacle tout à fait séduisant. La caractérisation des personnages de dessin-animés sur scène y était pour beaucoup, avec des chorégraphies et des costumes somptueux. Pour moi, c'est une version merveilleusement racontée de ce classique, d'autant plus forte qu'elle était jouée par de vrais artistes.

Justement selon vous, qu'est-ce que cette dimension scénique apporte de plus à la connaissance et l'appréciation de ces classiques?
Je trouve que ces deux histoires, Aladdin et Blanche-Neige, sont merveilleusement racontées dans les films. Mais je trouve que le fait que ce soient de vrais acteurs qui jouent devant le public apporte un réalisme très important à ces histoires. Dans les films, on trouve toute cette magie, toute cette imagination, car tout est possible en animation.Mais sur scène, les moments de conflits ou les moments effrayants sont bien plus crédibles quand ils sont vécus par de vrais comédiens. Cela vous permet encore davantage de suspendre quelques instants votre esprit critique, votre réalisme, pour mieux vous permettre de rentrer dans l'histoire de ces personnages. Je pense donc que c'est une excellente idée de produire des spectacles comme ceux-là. Cela permet de proposer des formes très différentes de divertissement à nos visiteurs.

Pensez-vous que ces spectacles contribuent à modifier la perception des parcs Disney que le public peut avoir?
Le fait est que les salles sont pleines pour la quasi totalité de nos représentations, qui reçoivent à chaque fois un tonnerre d'applaudissements. Je pense que ces spectacles constituent une expérience inattendue pour nos visiteurs. Je ne pense pas que lorsque les visiteurs viennent à Disneyland, ils s'attendent à voir ce genre de show dans un parc à thème. Quand les gens viennent dans un parc à thème, ils ne recherchent pas forcément cela. Souvent, ils se préoccupent davantage des attractions. Mais quand ils commencent à connaître ce que nous proposons, certains reviennent spécifiquement pour assister à nos spectacles.

Comment se fait-il que, devant un tel succès, le spectacle de Blanche-Neige ait été arrêté?
Cela correspond à la célèbre citation de Walt Disney : « Disneyland ne sera jamais fini tant qu'il y aura une once d'imagination dans le monde. » Chez Disney, il nous arrive sans arrêt de nouvelles idées, ce qui nous permet de toujours varier les expériences que nous offrons à nos visiteurs. Et le fait est que le spectacle vivant permet de s'adapter, de changer les choses très rapidement; plus rapidement en tout cas que pour une attraction, qui demande plusieurs années de conception et de construction. Il nous est donc relativement aisé de varier les plaisirs et de proposer aujourd'hui quelque chose d'unique et de totalement différent comme la Disney Princess Fantasy Faire.

En quoi consiste ce nouveau concept ?
Il s'agit d'une immersion totale et interactive dans une expérience unique en son genre. Fantasyland Theater a été transformé pour l'occasion en une sorte de fête Renaissance en l'honneur des princesses Disney. La première zone est un lieu de rencontre avec les princesses Disney, avec photos et autographe. Trois princesses se relaient ainsi pour rencontrer les enfants et leurs parents et passer un peu de temps avec eux. Puis on trouve une zone dans laquelle chaque princesse va pouvoir raconter des histoires et plus particulièrement son histoire. Et enfin, à certains moments de la journée, ces princesses vont toutes se retrouver pour un numéro sur scène, au rythme d'une chanson originale, Welcome, You're Welcome. C'est un événement très populaire et une occasion unique de rencontrer ces princesses dans ce cadre spécialement dédié.


Peut-on néanmoins espérer le retour d'une comédie musicale à Fantastyland Theater?
Il est plus que probable que la Disney Princesses Fantasy Faire soit déplacée pour faire place à une toute nouvelle expérience théâtrale. C'est l'avantage de travailler dans une compagnie qui possède autant de ressources en matière d'imagination et de conception d'événements!

Comment s'est passée l'adaptation musicale d'Aladdin?
Alan Menken a été impliqué en tant que consultant sur cette production et il a même écrit une nouvelle chanson pour l'occasion, To Be Free. C’est un solo basé sur un thème du film chanté par Jasmine qui permet d’aller plus loin dans l’introspection de ce personnage que ce qui a été fait dans le film. Elle se demande comment elle peut se libérer de la cage que représente le fait d’être une princesse et comment elle peut partir découvrir le monde. C’est alors tout naturellement que cette chanson est suivie par A Whole New World (Ce Rêve Bleu). Un très beau développement à partir d’un petit thème du film. Pour le reste de la musique, il s’agit d’une adaptation très fidèle des chansons du film avec quelques petits ajouts pour mieux correspondre à la qualité du spectacle. Je pense notamment à A Friend Like Me (Je Suis Ton Meilleur Ami). Notre spectacle propose en effet une version différente de cette chanson. C’est vraiment la même chanson, mais dans la mesure où l’aspect visuel et la chorégraphie sont différents de ceux du film, nous nous sommes adaptés à eux. Ce qui fait que l’ensemble reste très familier aux amateurs du film, tout en ajoutant un certain nombre de nouveautés.

Si l’adaptation d’Aladdin pouvait, d’une certaine façon, aller de soi dans la mesure où Alan Menken est avant tout un compositeur de Broadway, comment avez-vous envisagé celle de Blanche-Neige ?
Nous voulions proposer quelque chose qui rende hommage aux chansons originales, mais avec un traitement plus actuel, davantage dans la tradition du théâtre musical. C’est ainsi que la chanson Heigh-Ho lançait le spectacle après une brève ouverture. Elle participait davantage à notre histoire que dans le film. Par contre, la scène du puits avec Blanche-Neige chantant Je Souhaite est utilisée de la même façon que dans le film, si ce n’est avec une orchestration différente, et une interprétation vocale elle aussi différente. Alors que dans le film, la voix de Blanche-Neige est quelque peu opératique, tout à fait unique du point de vue du son et de la caractérisation, nous voulions que notre Blanche-Neige touche plus directement le public d’un point de vue dramatique, et c’est la raison pour laquelle nous avons opté pour une voix plus traditionnelle de Broadway. Cela apportait davantage de réalisme à notre spectacle, davantage de crédibilité, tandis que la voix du film se situe plus nettement dans un monde irréel, un monde de conte de fées. Quant au Miroir Magique, il est devenu une sorte de narrateur tout au long du show, avec une musique basée sur les thèmes du spectacle.

Du point de vue du cast, comment êtes-vous parvenu à faire venir des chanteurs dans la veine de Broadway dans les parcs Disney ?
Pour ces productions, nous avons totalement modifié notre approche du casting. Nous avons fait des auditions à New York pour les deux spectacles et trouvé beaucoup d’interprètes de grande valeur qui ont permis d’apporter le niveau et la qualité que nous recherchions. Certains d’entre eux sont donc venus travailler en Californie, puis sont partis sur d’autres projets pour revenir finalement retravailler avec nous. Mais nous avons en même temps lancé un processus bien plus large, et ce dès Aladdin – A Musical Spectacular en envisageant des auditions un peu partout. C’est ainsi que nous avons trouvé des interprètes formidables à Hawaï, et d’autres encore, pour Snow White – An Enchanting Musical, à Atlanta et à Washington, DC, la ville du metteur en scène.

Vous parliez d’élever le niveau des productions du Disneyland Resort en se calquant sur Broadway, mais cela semble même aller plus loin puisque la metteur en scène d’Aladdin – A Musical Spectacular était Francesca Zambello, qui nous vient tout droit du monde de l’opéra classique.
Ce fut un processus extrêmement intéressant que de voir tout ce que Francesca a pu apporter d’inédit à notre spectacle, en collaboration avec le designer et la costumière, tous deux issus de Broadway, et en s’inspirant de la partition d’Alan Menken, elle-même née de la rencontre entre Broadway et la musique de film. Ce fut une idée très ambitieuse et très risquée pour Anne Hamburger, que de faire se rencontrer tous ces artistes venus d’univers si différents.

Pour l’heure, que nous préparez-vous à Disneyland ?
Nous apportons la dernière touche à notre Halloween Time, qui débutera le 21 septembre. Pour l’occasion, nous aurons des musiciens comme le Disneyland Band qui joueront dans les rues des adaptations d’airs propres à la saison, pour accompagner les nouvelles histoires que nous racontons pour l’occasion à nos visiteurs. Et à Disney’s California Adventure, nous lancerons un événement initié il a deux ans, Mickey’s Halloween Treat. C’est ainsi que différents lieux du parc seront redécorés dans l’esprit de la célébration, et le soir, nous rouvrirons le parc pour permettre aux enfants de faire leur fameux « Trick or Treat » avec leurs parents dans un environnement spécialement imaginé pour eux. Pour cela, nous avons créé une nouvelle cavalcade que nous avons appelée Mickey’s Halloween Treat Cavalcade, au rythme d’une chanson que j’ai écrite, intitulée Mickey’s Halloween Treat. Là, tous les personnages viennent danser pour nos jeunes visiteurs, pour finir par une distribution de bonbons ! Ce sera la première fois que nous lancerons une telle cavalcade et cela est très excitant !

Vous produisez beaucoup de musique pour les parcs Disney, mais aurons nous l’immense plaisir de vous retrouver en tant que compositeur, à l’instar des merveilles que vous avez créées en leur temps pour Fantillusion ou encore Fantasmic !
J’ai toujours ce désir en moi de contribuer au maximum aux projets que nous produisons. Il faut simplement que le projet s’y prête. Ceci dit, j’essaie toujours de glisser un petit quelque chose de ma création, que ce soit à grande ou petite échelle. En ce qui concerne Mickey’s Halloween Treat, je dirai que c’est à une échelle moyenne ! Je suis également impliqué dans le développement d’un nouveau feu d’artifice pour le 4 juillet prochain pour Disneyland et Walt Disney World au niveau de la composition, des arrangements, de l’orchestration et de la production.

Nous sommes nombreux à admirer au plus haut point vos créations, et à attendre avec impatience chaque nouveauté de votre part !
Cela me fait énormément plaisir d’entendre cela. Merci infiniment de votre intérêt !

Merci à vous, cher Bruce!

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home