samedi, juillet 07, 2007

HIGH SCHOOL MUSICAL : Entretien avec le compositeur Jamie Houston

Briser ses chaînes, être vraiment soi-même et aller jusqu’au bout de ses rêves. Tel est le message de High School Musical, le film et le spectacle donné depuis le 16 juin aux Walt Disney Studios Paris.
Briser mes chaînes (Breaking Free), c’est aussi le titre de la chanson-phare du film, incarnant toutes les aspirations des jeunes de East High. Une chanson composée par Jamie Houston, compositeur de Santana et autres John McLaughlin, Jessica Simpson, etc.
Retour sur les coulisses de la création d’une chanson-culte en compagnie de son créateur…



Comment êtes-vous arrivé sur High School Musical ?
J’ai été contacté par le superviseur de la musique, Steve Vincent et par Kenny Ortega. Il faut savoir que j’avais déjà travaillé sur plusieurs projets pour Disney, notamment les Cheetah Girls, et c’est ainsi qu’ils ont pensé à moi pour High School Musical.


Les Cheetah Girls est un autre succès de Disney Channel, dont la suite vient de sortir chez Walt Disney Home Video. Qu’avez vous composé pour les deux téléfilms ?
J’ai davantage travaillé sur le deuxième film que sur le premier. Sur le 1, je n’ai écrit qu’une seule chanson, Cheetah Sisters. Les gens de Disney Channel m’ont simplement dit qu’ils avaient besoin d’un générique qui soit très rythmé. J’ai donc écrit cette chanson sans penser que le film aurait ce succès et c’est ainsi que j’ai écrit cinq chansons pour la suite.

Tout comme Les Cheetah Girls, High School Musical fait appel à plusieurs compositeurs. Comment les chansons ont-elles été réparties entre tous ?
Ce sont les créateurs du film qui ont décidé à qui chaque scène serait assignée en fonction de ce qu’ils pensaient convenir le mieux à chaque compositeur, au style de chaque artiste.


Quelles furent les demandes du superviseur de la musique et du réalisateur concernant When There Was Me And You et Breaking Free ?
Musicalement, pour Breaking Free, ils m’ont dit qu’il s’agissait du climax émotionnel du film. C’est eux qui ont suggéré de commencer par quelque chose de simple et de lent pour finir par une fin plus énergique. Quant à When There Was Me And You, ils m’ont demandé d’écrire quelque chose de très introspectif, marqué par l’attente, le désir et le regret. Du point de vue des paroles, il fallait vraiment qu’elles fassent avancer l’histoire. Il fallait donc trouver un moyen créatif et poétique de servir l’histoire tout en proposant quelque chose de très musical.

A partir de quel matériel avez-vous puisé votre inspiration ?
Tous les compositeurs ont reçu le script du film avec une description de chaque scène qui nous était assignée et de la façon dont le réalisateur avait l’intention de la mettre en scène. A partir de là, il a fallu vraiment faire un exercice d’imagination pour essayer de ce plonger dans cet univers à propos duquel nous n’avions que peu d’éléments pour composer nos chansons.


Justement, comment avez-vous imaginé When There Was Me And You ?
Du point de vue émotionnel, c’est une chanson à propos de l’amour, de la perte de cet amour et du fait de laisser partir l’autre justement parce qu’on l’aime. Gabriella, le personnage de Vanessa Hudgens, a commencé à apprécier Zack Efron alors que lui se concentre sur autre chose et l’ignore. C’est ce qui lui fait mal. Mais en même temps, elle sait qu’il faut malgré tout aller de l’avant. J’ai donc voulu refléter ces deux dimensions dans cette chanson.

Et qu’en est-il pour Breaking Free ?
Nous vivons tous dans des univers où nous sommes supposés être et agir d’une certaine façon. Mais dans la vie de chacun d’entre nous, il arrive toujours un moment où l’on ressent ce désir irrépressible d’être réellement soi-même et non pas ce que la société voudrait que nous soyions. C’est l’idée de Breaking Free : se libérer de toutes ces idées préconçues qui nous empêchent d’être nous-mêmes.


Comment s’est passée la mise au point de la version définitive de ces chansons ?
Dans la mesure où je n’étais pas complètement sûr des interprètes définitifs ni de l’ambiance musicale définitive, j’ai opté pour une démo très simple avec voix et piano pour laquelle j’ai tout fait moi-même, y compris les parties vocales. Cela peut paraître surprenant mais cette démo n’était qu’une proposition, et une fois qu’elle a été acceptée, je me suis lancé dans la production de la version définitive.

Là encore, c’est vous qui avez réalisé l’arrangement des chansons.
Exactement. Quand je produis un titre, j’ai l’habitude d’arranger toutes les parties moi-même. A ce moment, je savais comment la chanson allait s’intégrer dans l’histoire et je me suis fait plaisir à donner corps à ces chansons, notamment à travers l’adjonction d’une partie de cordes.


Comment s’est passé l’enregistrement avec les acteurs du film.
Techniquement, tous mes enregistrements, que ce soit pour High School Musical, Cheetah Girls ou encore Hannah Montana se sont passés à peu près de la même façon. C’est très pratique d’avoir son propre studio chez soi. On a tout sous la main. L’ennui, c’est justement qu’on ne sait pas quand s’arrêter ! J’ai donc chanté mes chansons devant les acteurs sur la démo. A cette époque, ils étaient tous très jeunes. Ils sont donc venus avec leurs parents et leur manager. Cela faisait pas moins d’une trentaine de personnes !


Cela doit vous changer d’artistes plus « matures » comme Santana !
C’est vrai. Sur le premier High School Musical en particulier, en raison de leur jeunesse et de leur inexpérience en studio, mon rôle est vraiment de les rassurer, de faire en sorte qu’ils soient le plus à l’aise possible et qu’ils aient confiance en eux-mêmes. Pour cela, cela aide beaucoup qu’ils aient une expérience d’acteurs car ils peuvent s’aider en jouant leur personnage. A partir de là, on peut travailler sur le chant lui-même. C’est difficile, mais très intéressant car ils n’ont pas un ego démesuré comme certains artistes, ce qui est très appréciable !

Avez-vous travaillé avec les deux voix de Troy, Zac Efron et Drew Seeley?

Oui, avec tous les deux. C'était intéressant parce que leurs voix sont très différentes dans leur couleur. Sur le premier film, Zac n'est venu qu'un court moment à mon studio, ce qui fait que je n'ai pas pu passer beaucoup de temps avec lui. Mais il a su travailler de façon très professionnelle et rapide. C'était très facile de travailler avec ces deux artites.



Vous attendiez-vous à un phénomène de cette ampleur ?
Pas le moins du monde. D’habitude, quand je travaille sur quelque chose, je fais mon travail puis je passe à autre chose. De cette façon, je ne crains pas d’être déçu si le film ne marche pas bien, et je ne prends pas la grosse tête si c’est un succès. Je dois avouer que j’avais complètement oublié ce projet quand le film est sorti. Mais quand les choses ont commencé à monter, j’ai reçu un tas de coups de fil pour me dire ce qui se passait. Le fait est que le film semblait être un bon film pour ado, mais rien de plus. Ajoutez à cela le fait qu’il s’agit d’une comédie musicale, un genre très particulier et pas aussi populaire a priori. Cela m’a donc étonné quand il a dépassé toutes les espérances de la production ! Un tel succès permet d’envisager toutes sortes d’ouvertures sur des musiques différentes. On sait que les maisons de disques signent souvent des artistes qu’ils estiment « cool » et qui correspondent à une certaine image. Le succès de High School Musical a montré qu’il y avait de la place pour tout le monde et que le public pouvait répondre présent dans tous les cas.


Saviez-vous que, pour lancer High School Musical en France, Walt Disney Records a eu l’idée de faire un single avec un chanteur français, Sofiane, et que c’est précisément l’un de vos titres, Breaking Free (traduit pour l’occasion Briser mes Chaînes) qui a été choisi ?
Non, pas du tout. Il faut absolument que je me procure ce single. C’est vraiment formidable !

Maintenant que le film est adapté sous forme de spectacle à Disneyland Paris, quelle réflexion vous inspire ce succès international ?
En tant que compositeur et producteur, on ne sait jamais ce qui va marcher. C’est pour cela qu’on donne toujours le meilleur de soi-même dans chaque projet. C’est toujours le projet qu’on attendait pas qui remporte le plus grand succès. Ces chansons ont changé ma vie et cela fait quelque chose qu’elles aient rencontré un tel public.

Allez-vous participer à High School Musical 2 et au film Haunted High School Musical ?
J'ai écris et produit deux chansons pour High School Musical 2 et j’espère qu’on fera appel à moi pour Haunted High School Musical.


High School Musical 2 va bientôt sortir, mais votre travail s'est achevé depuis un certain temps...
Vous savez, toutes les chansons sont produites avant le tournage parce que les chorégraphies doivent être écrites sur les chansons et que les chanteurs doivent chanter en playback. Pour moi, tout était donc terminé deux mois avant le tournage.

Quelle sera la tonalité des chansons de ce nouveau film ?
Vous verrez que, sur High School Musical 2, si certains éléments sont restés les mêmes, d’autres ont pas mal évolué, « grandi » d’une certaine façon. De mon point de vue, les chansons sont même meilleures que dans le premier opus. J’attends de voir le résultat final avec beaucoup d’impatience !


With very special thanks to Fred Mollin and Dani Markman (Walt Disney Records)

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home