samedi, décembre 21, 2013

LA REINE DES NEIGES : Entretien avec l'auteur Charles Solomon




Dans les remerciements de votre livre The Art of Frozen, vous mentionnez le scepticisme que vous aviez initialement sur la finition du film dans les délais, mais aussi comment vous avez changé d'avis après avoir découvert les brillants artworks de pré production. Pouvez-vous m'en dire plus sur les circonstances de la rédaction de l'art of de La Reine des neiges?
La Reine des neiges était initialement prévue pour sortir en 2014, mais quand un autre film a connu des difficultés, on a demandé aux artistes de La Reine des neiges s'ils pouvaient finaliser leur film un an plus tôt que ce qu'ils avaient prévus. Comme je l'ai mentionné dans les remerciements, Chris Buck , Mike Giaimo et John Lasseter sont des artistes sur lesquels j'ai écrit à de nombreuses reprises au fil des années. Je les aime bien, les connais bien, et je les respecte. Quand ils ont dit qu'ils étaient impliqués dans le film, je savais que ce serait pour moi un livre qui aurait plus de valeur. Et travailler avec Emily Haynes à Chronicle Books et Leigh Anna MacFadden chez Disney Publishing a toujours été agréable. De ce fait, quand ils m'ont tous demandé de le faire, j'ai dit oui. Cependant, j'aurais aimé un peu plus de temps pour étudier les artworks – j'avais souvent l'impression de faire du skateboard dans les salles du Louvre.

Au départ l’histoire de La Reine des neiges a été conçue sous forme de scénario. Est ce qu'il y a une grande différence à débuter un film à partir d'un scénario plutôt que d'un storyboard?
Au cours des dernières années, pratiquement tous les films d'animation ont débuté sous forme de scénarios - le premier long métrage d'animation Disney à avoir débuté ainsi a été les 101 Dalmatiens. Si l'histoire a déjà un début, un milieu et une fin quand les artistes commencent à travailler, c'est mieux. Mais le processus de l'histoire reste le même : lorsque l'équipe de l'histoire  développe et analyse les scènes et les personnages lors de leurs réunions, l'histoire change inévitablement.

Vous mentionnez Bruno Bettelheim dans votre bibliographie, qui a fourni une vision essentielle sur les contes de fées.
Il y a plusieurs années, j'ai réalisé ce que je crois être la dernière interview que Bruno Bettelheim a donné. J'ai toujours été fasciné par ses écrits sur les contes de fées. La Psychanalyse des contes de Fées est un livre que je consulte régulièrement. Je souhaiterais avoir davantage eu d'occasions de discuter de l'application à l'animation de ses idées sur les contes de fées.

 

Comment décririez-vous le talent de Mike Giaimo, et son sens inimitable de la couleur pour le film ?
Mike Giaimo en tant qu'artiste et aussi professeur à Cal Arts, a été un personnage très influent. Il a un sens audacieux de la couleur et un talent exceptionnel pour créer des formes simples, stylisées qui se lisent clairement. Ses influences sont évidentes : Mary Blair, Eyvind Earle, UPA et le modernisme des années 50, mais son style personnel fusionne ces influences en quelque chose qui est unique et immédiatement reconnaissable comme étant sa griffe.

Sur l'animation elle-même, que pouvez-vous me dire sur les défis que la Reine des Neiges ont soulevés et comment les animateurs de Disney se sont à nouveau surpassés?

Les humains, en particulier les belles princesses et les beaux princes, ont toujours été notoirement difficiles à animer. Marc Davis et Milt Kahl se plaignaient amèrement d'être toujours assignés à ces personnages. Disney a utilisé deux de ses artistes 2D très talentueux, Mark Henn et Randy Haycock, pour dessiner les tests d'animation des personnages principaux. Ces tests ont donné les indications aux infographistes sur la façon dont les personnages se déplacent. Glen Keane avait fait une expérimentation similaire d'animation pour le personnage de Raiponce. Eric Goldberg a fait aussi une animation du Roi Candy pour Les Mondes de Ralph.

Pour vous , qu'est-ce que l'animation numérique apporte à une histoire comme celle de La Reine des Neiges ?
Le numérique permet de créer plus efficacement un monde de sculptures de glace - les artistes peuvent jouer avec la lumière et la réflexion ainsi que la réfraction alors que les artistes 2D ne peuvent pas vraiment. Il est également possible de créer un monde plus détaillé - les broderie sur les robes des princesses seraient un cauchemar à dessiner et redessiner à chaque image. Mais un bon film est un bon film, peu importe le support. Les films Toy Story, Ratatouille et Dragons auraient été autant vus en animation 2D et le numérique n'aurait pas sauvé Frère des Ours, La Route pour El Dorado ou Titan A.E. , le remake d'Astro Boy , Gang de Requin et Chicken Little auraient été mauvais en 2D…



C'est une situation unique où Disney a fait appel à une femme en tant que réalisateur. Nous nous souvenons tous de l'expérience de Brenda Chapman sur Rebelle. Pour vous, qu'est-ce que Jennifer Lee a apporté à La Reine des Neiges?
Dans un discours qu'il a prononcé aux studios en 1941, Walt Disney a déclaré  «Je crois sincèrement qu'elles ( les femmes artistes ) peuvent apporter quelque chose à cette entreprise que les hommes ne peuvent ou ne veulent pas.» Je pense que Mme Lee a apporté une compréhension de la relation complexe entre les deux sœurs qu'un artiste masculin n'aurait pas pu montrer. Mais au final c'est son talent d’auteur qui est le plus important.

Dans votre livre, vous écrivez que La Reine des Neiges n'est pas un film avec des chansons, mais une véritable comédie musicale.
Si vous regardez les meilleurs films animés musicaux, de Blanche-Neige et Pinocchio jusqu'à La Belle et la Bête, les chansons permettent de présenter des choses d’une manière concise et efficace, alors que les dialogues les auraient rendues ternes et lourdes. Un exemple que je cite souvent est Something There (je ne savais pas) de La Belle et la Bête. Au bout de trois charmantes minutes, Howard Ashman et les animateurs montrent deux personnages qui tombent progressivement amoureux et qui réalisent à quel point ils ne se sentent pas sûr d'eux. Combien de minutes d'un terne dialogue déclaratif faudrait-il pour explorer toutes ces émotions contradictoires? Inversement, « Paris détient la clé de vos cœurs » dans Anastasia réitère ce que le public sait déjà ( Anastasia est vraiment la princesse , Dimitri est tombé amoureux d'elle, et ils sont à Paris) et constitue un point mort dans l'histoire pendant plusieurs minutes.

De tous les films d'animation actuellement en production, quel seraient ceux sur lesquels souhaitez-vous écrire?
Il y a un certain nombre de films que je voudrais suivre dans leur création. En Amérique, il y a Inside Out de Pete Docter et How To Train Your Dragon 2 de Dean DeBlois qui a un look très prometteur. Les deux hommes sont des réalisateurs extrêmement talentueux. Big Hero 6 de Disney et Song Of The Sea de Tomm Moore semblent fascinants. Malheureusement, Hayao Miyazaki a annoncé que The Wind Rises serait son dernier long métrage et Satoshi Kon est mort, mais au Japon, je serais très curieux de voir le travail de Mamoru Hosoda (Summer Wars) , Shinichiro Watanabe (Cowboy Bebop), Hideaki Anno (Evangelion) ou Katsuhiro Otomo (Akira). Et quand Brad Bird reviendra à l'animation, ça vaudra le coup d'écrire sur tout ce qu'il fera ! 



Merci à Scrooge pour sa traduction! 

2 Comments:

Blogger Trésors Disney said...

n'est-ce pas aussi l'auteur de "The Disney That Never Was: The Stories and Art of Five Decades of Unproduced Animation" ?

http://tresorsdisney.blogspot.com

12:10 AM  
Blogger Jeremie NOYER said...

Lui même!

7:35 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home