samedi, mai 31, 2008

TARZAN, LA RENCONTRE AU PARC DISNEYLAND: Entretien avec Christine Mellet, Metteur en Scène Junior

"Deux mondes, une seule famille": tel est le thème bien connu -écrit par Phil Collins- du long-métrage d'animation Tarzan, réalisé par Kevin Lima et Chris Buck pour les studios Disney.
Tel est également le thème de Tarzan, la Rencontre, l'un des spectacles les plus appréciés du Parc Disneyland, donné chaque printemps et été au Chaparral Theater de Frontierland depuis 9 ans.
Comme son titre l'indique, c'est l'histoire de la rencontre entre le monde des humains et le monde des gorilles, celle de l'intégration douleureuse de Tarzan, puis celle de Jane, jusqu'à ne faire qu'un avec la jungle.

Mais cette année, ce thème est encore plus d'actualité, suite à l'arrivée de Christine Mellet, nouvellement promue Metteur en Scène Junior, et qui dirige désormais ce spectacle. Sous son impulsion, il ne s'agit plus seulement de la rencontre et de la fusion du monde des humains et du monde des animaux, mais également du monde de la danse et du monde de la gymnastique. Jamais auparavant le mélange n'avait été poussé aussi loin, et toujours dans l'esprit du film.

C'est de cette nouvelle et passionnante approche que Christine Mellet a bien voulu nous parler...



Quel a été votre parcours avant de devenir metteur en scène junior à Disneyland Resort Paris?
Cela fait très longtemps que je travaille à Disneyland Resort Paris. Cela fait même quinze ans! J'ai commencé comme danseuse et j'ai fait à peu près tous les spectacles du parc. Ensuite, on m'a très vite proposé d'être "dance captain", c'est-à-dire le répétiteur d'un spectacle. Puis, j'ai été assistant chorégraphe et chorégraphe pour certains petits spectacles. Ensuite, j'ai assisté des metteurs en scène et depuis le 1er janvier 2008, je suis metteur en scène junior. Cela veut dire qu'il y a maintenant trois metteurs en scène senior et quatre metteur en scène junior. Avant cela, j'ai fait de la danse classique mais très vite, ma morphologie a fait que je me suis dirigée vers le jazz.

C'est donc vous qui dirigez maintenant Tarzan, la Rencontre, un spectacle que vous connaissez bien, je crois.
En fait, j'ai eu beaucoup de chance car j'ai fait la création de ce spectacle. A l'époque, j'étais répétiteur et c'était Kat De Blois qui dirigeait ce spectacle avec le metteur en scène américain Reed Jones. Comme on dit, j'ai un peu "essuyé les plâtres" car c'était quelque chose de vraiment nouveau. C'était la première fois que nous travaillions avec des gymnastes, ce qui veut dire qu'il nous a fallu une période d'adaptation. C'est la raison pour laquelle je ressens quelque chose de très spécial par rapport au fait que c'est le premier spectacle que je mets en scène. Je suis très fière qu'on me fasse confiance pour gérer toute cette équipe.

Comment se compose cette équipe?
Nous avons 18 acrobates garçons, 7 acrobates filles, 10 danseurs, Tok, deux chorégraphes, trois coaches –deux garçons et une fille-, ce qui fait une grosse équipe.

Quand vous avez pris les rênes de ce spectacle, comment s'est déroulé le passage de flambeau d'un metteur en scène à l'autre?
Je dois respecter l'intégrité du spectacle, son décor et son histoire tel qu'il a été écrit au départ d'autant plus que celui-ci est tout particulièrement plébicité par nos visiteurs. C'est d'ailleurs le spectacle qui a la plus haute satisfaction depuis deux ans sur les deux parcs! C'est la raison pour laquelle il vient d'ouvrir pour la neuvième année! Mais je peux apporter ma touche personnelle au niveau des chorégraphies et de la mise en scène.

Justement, qu'avez-vous apporté au spectacle original?
Au départ, le show a été proposé avec seulement quelques chorégraphies, et ce dans une certaine énergie. Au fur et à mesure des années, le spectacle a évolué et nous avons pu engager des gymnastes et des danseurs d'un niveau de plus en plus élevé, ce qui nous a ouvert de nouvelles possibilités. Aujourd'hui, j'ai voulu équilibrer la gymnastique et la dance. J'ai deux chorégraphes. Un chorégraphe aérien et un chorégraphe pour les danseurs et tout ce qui se passe au sol. De mon côté, en tant que metteur en scène, j'explique ma vision de telle ou telle scène et c'est aux chorégraphes de me proposer différentes options parmi lesquelles je dois choisir en fonction de ce que j'ai imaginé.


Là où des spectacles comme C'est Magique!, auquel vous avez participé, proposaient des chorégraphies relativement classiques, là, c'est une approche résolument moderne que vous nous proposez.
Exactement. Quand Kat De Blois m'a permis de diriger Tarzan, la Rencontre, je me suis beaucoup inspirée du Cirque du Soleil. Je suis très admirative de ce qu'ils arrivent à faire faire à des gymnastes et de la façon dont ils les incluent dans leurs spectacles. Ce n'est pas seulement de la gym. Ils participent totalement au spectacle. Et c'est un peu cela que j'ai voulu avoir sur Tarzan, La Rencontre. Pourquoi ne pas mélanger les gymnastes et les danseurs et faire en sorte qu'à un moment donné on ne sache plus qui est qui? Pour cela, j'ai fait appel à Christophe Bochard, qui a fait les chorégraphies de High School Musical 2 et qui est vraiment dans la même énergie que moi. La première chose que je lui ai dite, c'est " je veux que les chorégraphies aillent bien au gymnastes, et pas aux danseurs. Le but, c'est que les gymnastes soient à l'aise." C'est la raison pour laquelle il a imaginé des choses vraiment très modernes, vraiment "dans le sol". Et à partir de ce que pouvaient faire les gymnastes, nous avons décliné les mouvements des danseurs. Bien évidemment, dans les passages "danseurs", on force un peu plus, mais je voulais vraiment que les deux soient aillent vraiment ensemble.

Quelle fut l'influence du dessin-animé original dans votre approche du spectacle?
Déjà, la musique est géniale. J'adore Phil Collins et Vasile Sirli a su en faire une magnifique adaptation, du "sur mesure", tout en crescendo, qui apporte un rendu très différent du spectacle de Floride, qui était live. Et sur le plan visuel, je me suis beaucoup inspirée du dessin animé pour donner mes indications à Tarzan et Jane et leur demander de se rapprocher le plus possible des attitudes et des positions du film de sorte que les visiteurs qui l'ont vu puissent identifier tout de suite les personnages et faire le lien avec le dessin-animé. Il faut croire que cela marche car nous recevons régulièrement des dessins d'enfants qui nous montrent qu'ils ont très bien compris notre spectacle, et notamment que nos danseurs incarnent en fait des singes. Il faut savoir que, en raison du format de Tarzan, la Rencontre, il faut trouver des moyens de nous faire comprendre très vite. C'est ainsi que j'ai voulu amener un peu de la démarche des singes du film chez nos gymnastes et nos danseurs. Si ce n'est pour Tarzan et Jane, le mot d'ordre sur scène, c'est que tous sont des singes! Je pense d'ailleurs que nos visiteurs apprécient que l'on soit aussi proche du dessin-animé. C'était également le cas sur d'autres spectacles auxquels j'ai participé comme Disney Classics, The Music and the Magic, avec cet enchaînement de tableaux directement inspirés des films d'animation. J'aimerais d'ailleurs beaucoup revenir à ce genre de spectacle.

La lumière est également très proche de celle du dessin-animé.
En effet. Nous les avons légèrement modifiées cette année afin de nous en rapprocher, avec beaucoup plus de tons de jaune, ce qui apporte une ambiance beaucoup "cartoon" à notre spectacle.

L'interactivité est toujours très présente!
Elle a été envisagée dès le départ avec Reed Jones. C'est un peu notre marque de fabrique ici à Disneyland Resort Paris. Elle a toujours fonctionné, les enfants réagissent toujours très bien. Je pense que cela tient pour beaucoup à l'énergie que transmettent nos artistes sur scène, accompagnés par Tok!

A quoi ressemble la journée de l'équipe de Tarzan, la Rencontre?
Ils arrivent à 11 heures. Ils ont un gros échauffement d'au moins ¾ d'heure de réveil musculaire. Ensuite, on s'échauffe par rapport à chaque activité: acrobates, danseurs et aériens. Suit alors une mise en place du spectacle. Cela veut dire que l'on recale bien les choses et notamment les nouveautés, comme lorsque quelqu'un doit occuper une nouvelle place. Puis commence la journée proprement dite avec les spectacles qui s'enchaînent, avec de nouveaux échauffements quand il y a de gros breaks entre les shows.

Je suppose qu'avec un tel parcours sur Tarzan, la Rencontre, les souvenirs ne manquent pas!
Absolument. Chaque jour apporte son lot de surprises. Tenez, hier, il faisait très froid, et à la fin de la dernière représentation, des gens du public sont venus vers la régie pour leur demande de transmettre leurs remerciements aux artistes et leur dire: "chapeau" car malgré le froid, le spectacle était génial. C'est notre plus belle récompense!

Un grand merci à Christine, Aurélie et Nathalie, ainsi qu'à l'équipe de Tarzan, la Rencontre.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home